Hugo, Victor. Les contemplations, 1856.

Hugo, Victor. Les contemplations, 1856.

Edition originale des Contemplations.

 Précieux exemplaire enrichi d’un envoi autographe de l’auteur à « M. Paul de Saint-Victor », critique littéraire et proche de l’écrivain. 

 Hugo1

Hugo, Victor. Les contemplations. Autrefois, 1830-1843 ; Aujourd’hui, 1843-1855.

Paris, Michel Lévy, Pagnerre, 1856.

2 volumes in-8 de: I/ (2) ff., 359 pp.; II/ (2) ff., 402 pp., (3) ff. de table.

Demi-chagrin noir, plats de papier moucheté, dos à nerfs, titre doré au dos, tranches jaspées, qq. piqûres. Reliure de l’époque.

217 X 139 mm.


Edition originale française de ce « livre important » (Clouzot).

Clouzot, 149 ; Carteret, I, 416-418 ; Talvart, IX, pp.35-36; Rahir, Bibliothèque de l’amateur, 465 ; Bulletin Morgand et Fatout, n°6175.

Trois éditions parurent simultanément, à Paris, Bruxelles et Leipzig.

Afin de déterminer laquelle de ces éditions est la véritable originale, Carteret analyse longuement la correspondance échangée par Victor Hugo et son ami Noel Parfait chargé des corrections apportées à l’édition belge (II, pp.416-418).

De cette analyse Carteret conclut : « La véritable édition originale est bien réellement l’édition française. C’est à rendre de plus en plus parfaite cette édition française que tendaient aussi bien les corrections de Bruxelles que celles de Paris, et dans la pensée de Victor Hugo, l’édition originale était certainement imprimée par Claye, éditée par Michel Lévy frères, en 2 beaux volumes in-8.

Et c’est l’édition originale française, non l’édition belge que Victor Hugo a offerte à Noel Parfait en remerciement de sa collaboration. » (Carteret).

Les contemplations demeurent un monument littéraire original et puissant ; c’est la première tentative en vue d’élever la poésie au rang de religion, de faire de l’inspiration un moyen d’atteindre, de façon absolue, les vérités suprêmes que la simple raison en saurait saisir.

C’est à juste titre que Rimbaud nommera Hugo : « le premier des Voyants ».

« Victor Hugo est un des plus grands noms de de notre littérature, il est de ceux qui dirent parce que c’est la beauté du style qui conserve. Il est notre plus grand poète lyrique ; il est presque notre unique poète épique. Il vivra aussi longtemps que la langue française. » (Emile Faguet).


La vie et les écrits de Victor Hugo remplissent le XIXe siècle, mêlés à tous les grands évènements de ce siècle. Poète, romancier, dramaturge, voyageur, orateur politique, l’œuvre de Victor Hugo est l’une des plus abondantes et des plus variées de la littérature française. Sa position de chef incontesté du mouvement romantique, d’adversaire du régime impérial ; sa qualité de proscrit, de défenseur véhément de la démocratie, provoquèrent de violents mouvements d’opinion, qui devaient finalement se fondre en vénération vouée à l’écrivain et au citoyen. Une sorte de culte s’était institué autour de Victor Hugo qui, pour ses fidèles, représentait la patrie, la liberté, le génie. L’œuvre et la personne de Victor Hugo font corps avec ce qui constitue depuis cinq siècles le patrimoine spirituel de la France. (Talvart).


Précieux exemplaire conservé dans sa reliure de l’époque et enrichi de cet envoi de la main de l’auteur : « A M. Paul de Saint-Victor, Victor Hugo, Hauteville House, Guernesey, avril 1876 ».


« Paul de Saint-Victor est l’un des critiques les plus influents. Il est d’autant meilleur journaliste que ses feuilletons s’évadent du journalisme et le dépassent par leur qualité proprement littéraire. Il exprime son admiration indéfectible pour l’exilé de Guernesey et ses nombreux articles formeront une étude approfondie et originale du dramaturge, du poète et romancier. Victor Hugo d’ailleurs ne manque pas de reconnaitre en Saint-Victor un artiste et un pair, poète dans la critique : « Vous créez sur une création, vous êtes le magnifique explicateur ; vous écrivez le poème du poème, le mot du sphinx, le cri des profondeurs », lui écrit-il. (D. Philippot, Flaubert).

Le 16 mai 1856, grâce au succès des Contemplations, Victor Hugo achète à Guernesey Hauteville House, grande maison blanche avec jardin surplombant l’océan. Il y vit jusqu’à son retour en France en 1870, après la chute du Second Empire et y fera ensuite quelques séjours.


 7 500 €

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie