Mirabeau, Essai sur le despotisme, 1775.

« C’est ma première profession de foi de citoyen » (Mirabeau).

 

Edition originale de l’ « Essai contre le despotisme » de Mirabeau, écrit en prison.

 

Exemplaire non rogné conservé ans sa première brochure jaune de l’époque.

 

 

 

 

Mirabeau, Honoré Gabriel de Riquetti comte de. Essai sur le despotisme.

Londres, 1775.

 

In-8 de 275 pp., (2) pp. Exemplaire non rogné et partiellement non coupé.

Brochure jaune de l’époque.

 

217 X 142 mm.

 

Edition originale du premier ouvrage de Mirabeau, sa « première profession de foi de citoyen », écrit en prison.

Conlon, 75 : 1426 ; Le génie de la Révolution, Ch. L. Chassin, I, p.14 ; Mirabeau, sa vie, ses opinions et ses discours, J. M. Vermorel, pp.125-150 ; J. B. de La Harpe, Mélanges inédits de littérature, pp.307-318.

 

« Ouvrage important et de longue haleine, profession de foi de citoyen qui eut pu suffire à elle seule à justifier une réputation.

L’avènement de Louis XVI fut l’occasion de la publication de l’ouvrage. La première partie de l’ouvrage est consacrée à justifier contre Rousseau l’état de société et à repousser le prétendu état de nature préconisé par le philosophe genevois. L’homme semble fait pour la société. Mirabeau s’adresse au roi en ces termes : «  Vous êtes les salariés de vos sujets et vous devez subir les conditions auxquelles est accordé ce salaire sous peine de le perdre ». (J. M. Vermorel).

 

« Du fond d’un cachot le génie de la Révolution [Mirabeau] lance l’anathème au despotisme et réduit celui qui se croit roi, simplement parce qu’il est fils de roi, à la condition d’un salarié, que ses sujets peuvent remercier brutalement de ses services » (Ch.L. Chassin).

 

« C’est l’ouvrage le plus fort qui ait encore été écrit sur la matière… Il fut composé durant les dernières années d’oppression du règne de Louis XV… pour ranimer les restes d’une liberté mourante, dont il dépeint les injustices, les vexations, les atrocités, avec une plume de fer »

(Gazette littéraire, Suard et Arnaud, n°31, Nov. 1776).

 

« Mirabeau composa cet ouvrage à vingt-quatre ans ; il est doublement remarquable ; c’est le coup d’essai d’un grand homme, dont le talent s’y décelait déjà par des touches fortes ; il l’écrivit dans un fort où il était enfermé par des ordres arbitraires. Quoi de plus fou (disait son père) que d’écrire contre le despotisme dans un château fort ! Cette « folie » annonçait un grand caractère ».

(J. B. de La Harpe).

 

L’ouvrage comporte un long discours aux rois suivant leur intérêt, pour les instruire : « Réfléchissez que dans les pays où le peuple sera serf, où par conséquent il sera désintéressé de la chose publique, il n’y aura ni forces, ni richesses, ni ensemble, ni consistance, ni industrie. […] Désirez-vous le pouvoir absolu, veuillez ce qui est juste […] ».

 

Mirabeau (1749-1791) participe au mouvement révolutionnaire. Rejeté par la noblesse, il se présente aux élections et est élu par le Tiers Etat à la fois à Marseille et à Aix, pour laquelle il optera.

A cette époque il fonde le Journal des Etats-Généraux.

Mirabeau réclamera avec insistance la convocation de ces derniers. Il a contre lui la cour, les ministres, la noblesse et le clergé.

 

Précieux exemplaire, grand de marges, entièrement non rogné et partiellement non coupé conservé dans sa brochure jaune tel que paru, sans aucune rousseur.

2 500 €

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie