4 500 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Froumenteau, Nicolas
Le secret des finances de France,
1581.

4, 500 

Description

« Une statistique des misères de la France » (Hoefer)
et des pertes causées par les guerres de religion
sous le règne d’Henri III.

Bel exemplaire, grand de marges,
conservé dans son vélin de l’époque.


 

Froumenteau, Nicolas. Le secret des finances de France, Découvert & départi en trois livres & maintenant publié, pour ouvrir les moyens légitimes & nécessaires de payer les dettes du Roy, descharger ses sujets des subsides imposez depuis trente un ans, & recouvrer tous les deniers prins à sa Majesté.
S. l., 1581.

3 parties en 1 volume in-8 de (28) ff., 152 pp., 16 pp. et pp.33-472 ; (4) ff., 435 pp. (mal chif. 439)
Vélin, titre calligraphié au dos. Reliure de l’époque.

172 x 105 mm.

Édition originale collective de ce célèbre ouvrage d’économie considéré comme le premier essai de statistique.

L’auteur dresse un tableau des misères de la France et des pertes causées par les guerres de religion sous les règnes des rois Henri II à Henri III.

Analysée par les bibliographes comme la meilleure édition, elle présente le tome III en édition originale.

Brunet, II, 1414 ; Einaudi, 5204 ; Say et Chaillet, I, 1091 ; Kress, 146 ; Coquelin, I, 811-813.

Cette édition est beaucoup plus complète que la première publiée la même année en format in-16 sous le titre : « Les secrets des thrésors de la a France descouvert et départi en deux livres ».

« La première édition est beaucoup moins complète » (Brunet).

« More interesting for the finances of the temporal and spiritual magnates than for the finance of the king » (Schumpeter 202).

« Détail des recettes et des dépenses publiques 1550-1580. Evaluation d’ensemble de la population faite sous Henri III… on peut regarder ce livre comme un premier essai de statistique, tout en considérant que ces évaluations sont assez arbitraires » (INED).

« Une statistique des misères de la France » (Hoefer, NBG XVIII, 952 f.).

« Dès la fin du XVIe siècle se manifeste en France le souci d’une connaissance chiffrée de la population et des richesses de la monarchie.
Dans Le Secret des finances de France, Froumenteau exprime plus encore que Bodin un souci d’information et de publicité statistique rare pour l’époque. Il essaye ainsi d’évaluer la population française en publiant le nombre des paroisses, des maisons et des familles. Il évalue le nombre des victimes pendant les guerres de religion. L’aspect économique et social n’est pas négligé, l’ouvrage contenant en grande abondance des chiffres sur les biens du clergé, le nombre d’ecclésiastiques et de « parasites » qu’ils entretiennent ou celui des nobles en état de porter les armes »
(J. Y. Grenier, Histoire de la pensée politique économique).

L’ouvrage de Froumenteau est « un tableau de l’Ancien Régime donnant une idée assez exacte, quant à la fin du XVIe siècle, de ce mélange confus de textes, de subventions, de redevances, de confiscations, d’aliénations, d’emprunts qui procuraient au Trésor les moyens de soutenir la royauté de l’Etat.

Viennent ensuite des réflexions sur cet excédent des recettes et les caisses de l’Etat « vides et épuisées » et la reproduction des réflexions que ce résultat des recherches de Froumenteau fit faire à l’assemblée qui avait provoqué son travail ».

Froumenteau est un pseudonyme derrière lequel les historiens ont proposé deux noms d’auteur : Nicolas Barnaud, polémiste calviniste et Jean frotté, secrétaire des finances de Marguerite de Navarre, puis du roi jusqu’en 1560, adhérent au protestantisme, auteur d’un « Miroir des Français » en 1581 ; son expérience des affaires le rend parfaitement apte à écrire le « Secret des finances ».

« Dans le « Secret des finances », imprimé en 1581 sous le nom de Froumenteau, on trouve une énumération, pour chaque province ou par diocèse, des impositions de toute nature qui avaient été levées sur le royaume, dans une période de trente-deux ans, depuis l’avènement de Henri II jusqu’en 1580, sous Henri III. L’auteur expose les divers sujets de plaintes que les trois ordres élevaient contre le gouvernement de Henri III, et donne le tableau des pertes de tous genres occasionnées par les troubles et les guerres civiles qui désolèrent la France sous les derniers rois de la branche de Valois.
Les éléments du Secret des finances paraissent avoir été puisés dans les cahiers que les trois ordres présentèrent à Henri III, aux états-généraux assemblés à Blois en 1576.
Il résulterait de ce rapprochement que, depuis la fin du règne de Louis XII jusqu’en 1580, les tributs publics avaient plus que quintuplé.
Une cour de parlement, qui du temps de Louis XII était composée d’un président et de douze conseillers, comptait cinquante membres sous Henri III.»

« La valeur du « Secret » reste importante pour l’histoire économique. On sent chez l’auteur l’homme de métier » (Hauser).

Bel exemplaire, grand de marges, conservé dans son vélin de l’époque.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le secret des finances de France”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie