Baudelaire

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Charles Baudelaire
Les Paradis artificiels,
1860.

Catégorie :

Description

Édition originale des Paradis artificiels de Charles Baudelaire.

Précieux exemplaire de première émission,
avec le titre à la bonne date de 1860,
broché, non rogné, partiellement non coupé, tel que paru,
condition rare et recherchée.


 

Baudelaire, Charles. Les Paradis artificiels Opium et Haschisch.
Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1860.

In-8 de (2) ff., IV et 304 pp., (1) p. de table.
Exemplaire broché, non rogné, partiellement non coupé, étui en demi-maroquin noir.
Brochure de l’époque.

191 x 126 mm.

Édition originale des Paradis artificiels de Charles Baudelaire.

Carteret, I, 126-127 ; Vicaire, I, 345-346 ; Clouzot, 44 ; Rahir, Bibliothèque de l’amateur, 310 ; Picot, Catalogue Rothschild, II, 1829 ; G. Oberlé, Auguste Poulet-Malassis, Un imprimeur sur le Parnasse, n° 228.

Exemplaire de première émission avec le titre à la bonne date de 1860 (beaucoup d’exemplaires portent un titre de relais à la date de 1861).

Baudelaire s’était intéressé comme Gautier ou Nerval au haschisch et avait participé, très jeune, au « club des haschischins ».

L’œuvre comprend deux parties : « Le Poème du haschich » et « Un mangeur d’opium ».

Le « Poème du haschisch » se présente comme un traité mi-philosophique, mi-scientifique, sur la nature, l’usage et les effets de la drogue orientale.

Ayant posé que c’est par une étrange dépravation du sens de l’infini que l’homme est amené à se rendre coupable des pires excès et notamment à rechercher dans le haschisch ou l’opium une sorte de « paradis artificiel », Baudelaire entreprend de faire une « monographie de l’ivresse » dispensée par la fameuse drogue. Celle-ci occupera quatre chapitres au cours desquels, multipliant les points de vue, il examinera systématiquement tous les aspects du problème, depuis le côté psychologique et psychique jusqu’au côté moral. L’analyse est menée avec une rigueur et un sens de l’économie admirables ; et bien que Baudelaire apporte à cette description une parfaite désinvolture, en moraliste sensible au prestige du mal, il démêle, avec lucidité, tout ce qu’il entre de remords et de joie, de désir et d’abandon, de démence et de pureté dans cette ivresse qui porte en elle des lendemains pleins d’une amère désillusion.

Les Paradis artificiels lui permettent en outre de se livrer à de brillantes réflexions sur l’art, la poésie, la misère des angoisses existentielles.

La seconde partie du volume rassemble une série d’extraits commentés par Baudelaire de l’œuvre de Thomas de Quincey : Les Confessions d’un mangeur d’opium anglais.

Travail de compilation mais aussi d’éclaircissement critique, ces pages révèlent à l’attention du lecteur toute la finesse du génie littéraire de Baudelaire.

On ne sait dans l’ensemble de cette œuvre ce qu’il faut admirer le plus de la justesse de l’analyse, de la rigueur avec laquelle elle est conduite ou de la limpidité du style, l’auteur s’étant manifestement donné pour critère de son art la simplicité et le naturel. On y admirera aussi la qualité d’une intelligence rare, s’appliquant à interpréter les expériences les plus diverses avec un tact et une mesure qui la rendent exemplaire.

Exemplaire broché, non rogné, partiellement non coupé, tel que paru, condition rare et recherchée pour cette originale littéraire.

 

VENDU

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les Paradis artificiels”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie