CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Graffigny, Madame de
Lettres d’une péruvienne,
1752.

Catégories : ,

Description

Cette rare édition des Lettres d’une péruvienne est la seule,
avec la première, à laquelle l’auteur participera.

Seconde édition augmentée de cet ouvrage satyrique
qui sera mis à l’Index.

Précieux exemplaire, l’un des rares imprimé
sur grand papier fort de Hollande,
conservé dans sa reliure en maroquin de l’époque
aux armes du marquis de Paulmy.


Graffigny, Madame de. Lettres d’une péruvienne, Nouvelle Edition, Augmentée de plusieurs Lettres et d’une Introduction à l’Histoire.
Paris, Duchesne, 1752.

2 volumes in-12 de: I/ (2) ff., 284 pp.; II/ (2) ff., 258 pp., (4) pp.
Plein maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, armoiries frappées or sur les plats, pièces d’armes aux angles, dos à nerfs orné de fleurons dorés, pièces de titre et de tomaison en maroquin olive, filet or sur les coupes, roulette intérieure dorée, tranches dorées, doublures et gardes de papier dominoté étoilé d’Augsbourg. Reliure de l’époque.

161 x 90 mm.

Seconde édition augmentée du chef-d’œuvre de Madame de Graffigny qui sera mis à l’index  le 28 juillet 1765.

Elle est la seule, avec la première, à laquelle l’auteur participera.

Elle est ornée de deux titres gravés, de 2 figures et de 2 vignettes par Eisen, gravées par Delafosse.

Cohen, 447 ; Sander, 832 ; Cioranescu, 31766 ; Quérard, III, 441 ; Catalogue des ouvrages mis à l’index par la cour de Rome depuis l’invention de l’imprimerie jusqu’en 1825, p.190.

L’ouvrage connut de nombreuses éditions et fut traduit en plusieurs langues.

La première édition fut publiée en 1747, après que l’auteur se fût déjà fait connaître par ses Lettres sur Voltaire auprès de qui elle s’était réfugiée à Cirey.

« The first edition of Lettres d’une Péruvienne appeared in 1747. Graffigny revised the novel for the 1752 edition, making numerous small changes and corrections throughout. Most important, she added two entirely new letters (29 and 34), reworked the original letter 28 and included part of it in a new letter 30.

The 1747 and 1752 editions were the only two for which Graffigny herself was responsible »
(J. De Jean, N. H. Miller).

Les Lettres persanes de Montesquieu lui ont servi de modèle.

Reprenant la veine exotique et le style épistolaire employés par Montesquieu dans ses Lettres persanes, Françoise de Graffigny dénonce les travers de la société sous la plume fictive de Zilia, « jeune Péruvienne exilée en France, qui écrit à son amant, Aza : arrivant dans un monde qui lui est inconnu, elle y a pénétré peu à peu, a réussi à en connaître les coutumes, a appris enfin à juger la société parisienne en dehors de l’hypocrisie traditionnelle.

La délicatesse et la préciosité de certaines descriptions ont fait dire qu’elle a su adroitement ajouter au chef-d’œuvre de Montesquieu une pincée de la Pamela de Richardson.

Quoi qu’il en soit, l’ouvrage obtint un vif succès auprès de la société de son temps, laquelle se retrouvait tout entière dans ce mélange d’idées claires, de critique subtile et de verve endiablée ». (Laffont-Bompiani).

L’auteur, amie de Rousseau, emprunte au philosophe le rêve d’un monde naturel mais qui serait pour elle incarné dans la femme. En féministe, elle dénonce en particulier dans la lettre 34 la douloureuse condition de la femme à son époque.

Mme de Graffigny sait allier à la satire des mœurs (on a prétendu que les réformes économiques et sociales de Turgot s’en seraient inspirées), le sens le plus délicat et le plus exquis des convenances.

Précieux et bel exemplaire, l’un des rares imprimé sur grand papier fort de hollande, immense de marges, conservé dans sa reliure en maroquin de l’époque aux armes du Marquis de Paulmy.

Le Marquis de Paulmy consacrait ses loisirs aux lettres et à l’histoire ; il écrivit quelques nouvelles et entreprit la publication des Mélanges tirés d’une grande bibliothèque, en 65 volumes.

Il avait formé une précieuse bibliothèque qu’il vendit en 1785 au Comte d’Artois et qui constitue le fonds principal de la Bibliothèque de l’Arsenal.

 

VENDU

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Lettres d’une péruvienne”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie