49 000 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Justinius [Saint-Justin]
Œuvres,
1551.

49, 000 

Catégories : ,

Description

Le Saint-Justin de Racine.

L’exemplaire personnel de Jean Racine,
portant sa signature au bas de la page de titre,
conservé dans son séduisant vélin souple de l’époque.

Provenance : Paul-Louis Weiller.


 

Justinius [Saint-Justin]. Œuvres.
Paris, Robert Estienne, 1551.

In-folio de (4) ff., 311 pp., (4) pp.
Plein vélin souple de l’époque, titre calligraphié au dos. Reliure de l’époque.

334 x 220 mm.

Édition originale collective des Œuvres de Saint-Justin imprimée par Robert Estienne d’après un manuscrit de la Bibliothèque royale, remarquablement imprimée avec les célèbres caractères grecs du roi de Claude Garamond.

Elle réunit les deux Apologies, le Dialogue avec Tryphon ainsi que plusieurs autres traités apocryphes.

Renouard, 79:2 ; Schreiber, 107 ; Mortimer (Harvard), 335; Hoffmann, II, 502-503; Adams, J-494 ; Graesse, Trésor de livres rares et précieux, III, 515 ; A. de Montor, Encyclopédie, XV, pp.562-563 ; J. L. Geoffroy, Œuvres de Jean Racine, 1808, I, XV et p.202.

Exceptionnel et unique exemplaire ayant appartenu à Racine portant sa signature autographe sur la page de titre.

« On sait que ces Messieurs de Port-Royal appréciaient plus encore la langue grecque que la langue latine et qu’ils avaient fait de leur brillant élève un excellent helléniste. » (Jacques Guérin).

« Racine ne se contentait pas de lire les anciens, il les traduisait, il les commentait, il en faisait des extraits : c’est ainsi qu’on fait passer ses lectures dans sa substance.

Il traduisit « Le Banquet de Platon », fit plusieurs extraits de Saint-Basile et d’un grand nombre d’auteurs grecs et latins. Les livres grecs et latins que lisait Racine sont devenus des objets de curiosité et de vénération.

Dans sa préface d’ « Alexandre le grand, tragédie, 1665 », Racine révèle que les amours d’Alexandre et de Cléofile ne sont pas de son invention :

« Justin en parle aussi bien que Quinte-Curce. Ces deux historiens rapportent qu’une reine dans les Indes, nommée Cléofile, se rendit à ce prince avec la ville où il la tenait assiégée, et qu’il la rétablit dans son royaume, en considération de sa beauté. Elle en eut un fils, et elle l’appela Alexandre. » Racine cite ensuite les paroles exactes de Saint-Justin (J.L.Geoffroy).

« Il faudra attendre l’édition de Robert Estienne de 1551 pour pouvoir lire l’ensemble de l’œuvre de Saint-Justin » (Renouard).

« La meilleure édition des œuvres de Saint-Justin » (Artaud de Montor).

« Editio princeps, beautifully printed in the first font of the « grecs du roi », from manuscripts in the Royal Library … a most important contribution to the study of Christian antiquity … The edition was completed and published by Charles Estienne after Robert’s final departure for Geneva » (Schreiber).

Un des Pères apologistes les plus célèbres et le plus ancien de tous, Saint-Justin naquit à Flavia dans la Samarie vers la fin du Ier siècle. Il se livra d’abord avec zèle à l’étude de la philosophie : mais les stoïciens, les péripatéticiens, les pythagoriciens et les platoniciens auxquels il s’adressa n’ayant pu lui donner une explication satisfaisante de la nature de Dieu et de ses perfections, de la nature de l’âme et de sa destination, il se tourna vers le christianisme où il trouva une solution de ces grands mystères.

Il embrassa la religion chrétienne sans renoncer à porter le manteau des philosophes.

Justin composa deux Apologies qu’il présenta à Antonin-le-Pieux vers l’an 139 et Marc-Aurèle, vers 162.

« Il en appelle dans ces ouvrages dont l’un seulement nous est arrivé dans son intégrité, à la charité des chrétiens, à leur patience dans les souffrances ; il raconte ce qu’il se passait dans leurs assemblées.
Il cherche à prouver que le christianisme est d’accord avec la raison et avec les doctrines des plus célèbres philosophes grecs. On remarque déjà dans ces apologies ce mélange d’idées chrétiennes et d’opinions néoplatoniciennes qui caractérisa plus tard l’école d’Alexandrie.
Justin souffrit le martyre à Rome l’an 165.
Ses œuvres offrent une source précieuse à qui veut étudier l’histoire des premiers siècles de l’Eglise » (A. de Montor).

Séduisant et précieux exemplaire, grand de marges, très pur intérieurement, conservé dans son vélin souple de l’époque.

L’exemplaire personnel de Jean Racine, portant sa signature au bas de la page de titre.

Racine, janséniste, préconisait un retour à la religion, aux sources et aux textes originaux.

L’œuvre de Saint Justin dut être une des pierres du mur de ses croyances.

Provenance : Bibliothèques Jean Racine, avec signature autographe sur la page de titre, Auger (ex-libris) et Paul-Louis Weiller.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Œuvres”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie