CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Grahame, Kenneth
Le vent dans les saules,
1935.

Catégorie :

Description

Le Vent dans les saules ;
rare édition originale française conservée dans sa brochure d’éditeur, telle que parue.

« Probablement l’un des ouvrages les plus chers à l’inconscient collectif des Britanniques de tous âges »
(Jacqueline Colombat).


Grahame, Kenneth. Le Vent dans les Saules.
Paris, Librairie Armand Colin, 1935.

In-8 de 251 pp., (1) p., brochure rouge illustrée de l’éditeur.

188 x 120 mm.

Rare édition originale française.

En 1908, Kenneth Grahame (1859-1932) quitte son poste de secrétaire à la Banque d’Angleterre et retourne à Cookham, dans le Berkshire, où il a passé son enfance. Il se met à y écrire des contes pour son fils Alistair. Le président américain Theodore Roosevelt lui écrit en 1909 « qu’il a lu et relu le roman, et en est arrivé à considérer les personnages comme de vieux amis ».

C’est le printemps à la campagne, et le soleil brille. Le débonnaire monsieur Taupe est fatigué de son grand nettoyage de printemps et décide de sortir de sa maison souterraine pour prendre l’air. Il finit par atteindre la rivière, qu’il n’avait jamais vue auparavant. Là, il rencontre monsieur Rat, qui l’invite à faire un tour à bord de sa barque ; ils décident de rendre visite au baron Têtard. Celui-ci est riche, jovial et sympathique est sur le point de partir en voyage, et il persuade Rat et Taupe de se joindre à lui. Taupe désire aller voir Blaireau et il se rend dans le Bois Sauvage mais se perd dans le bois.

Dans ces contes qui refusent un moralisme simple, Kenneth Grahame enchante son lecteur en lui faisant ressentir toute la puissance poétique des campagnes anglaises.

Les superbes illustrations d’E. H. Shepard ont immortalisé les personnages de Kenneth Grahame.

Grahame didn’t live long enough to see the book released with Shepard’s illustrations, but their meeting would be reported by Shepard as follows : « Not sure about his new illustrator of his book, he listened patiently while I told him what I hoped to do. Then he said ‘I love these little people, be kind to them’.

Just that; but sitting forward in his chair, resting upon the arms, his fine handsome head turned aside, looking like some ancient Viking, warming, he told me of the river nearby, of the meadows where mole broke ground that spring morning, of the banks where Rat had his house, of the pool where Otter hid, and of Wild Wood way up on the hill above the river… He would like, he said, to go with me to show me the river bank that he knew so well, ‘…but now I cannot walk so far and you must find your way alone’. »

« Outre l’apaisement qui naît de leur fréquentation assidue, certains livres dispensent une paix qui leur est propre, comme un sentiment de douceur immanente. Le Vent dans les saules est de ceux-là. Un je-ne-sais-quoi dans le choix du vocabulaire, dans le rythme des phrases suffit à évoquer l’atmosphère qui régnait au sein de ce paysage que Grahame aimait et connaissait si bien… en présentant son roman à l’éditeur Charles Scribner et fils, Grahame le définissait comme « un livre de jeunesse, et, pour cette raison, composé d’abord pour la jeunesse, en tous cas pour ceux qui gardent intact en eux l’esprit de jeunesse. C’est un livre de la vie, un livre de soleil, d’eaux vives, de forêts et de chemins de terre, d’hivers au coin du feu… »… Chaque nouvelle lecture du Vent dans les saules contribue à enrichir mon expérience de vie d’un peu plus de substance, d’un peu plus de sens. Il s’agit bien d’un livre magique. Quelque chose en lui réenchante le monde » (Alberto Manguel).

« Probablement l’un des ouvrages les plus chers à l’inconscient collectif des Britanniques de tous âges, ce « conte du bord de l’eau » est devenu un grand classique de la littérature familiale anglaise… Ecrivain « sur » la jeunesse plus que « pour » la jeunesse, Kenneth Grahame appartient à une famille d’auteurs où se rangent Beatrix Potter, A. Milne et Rudyard Kipling, porteurs d’une idéologie inconsciente d’un retour à la vie préindustrielle » (Jacqueline Colombat).

Bel exemplaire conservé dans sa brochure d’éditeur, tel que paru.

Aucun exemplaire n’est passé sur le marché public international depuis le début des relevés, il y a plus de 35 ans.
Seuls 2 exemplaires sont répertoriés dans les Institutions publiques Internationales : National Trust Libraries, London et B.n.F.

 

VENDU

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie