15 000 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Molière
Œuvres,
1770.

15, 000 

Description

« Le chef-d’œuvre de Boucher comme illustration ;
c’est l’un des plus beaux livres de la première partie du XVIIIe siècle » (Cohen).

Édition ornée des 32 figures d’après les dessins de Boucher.

Très bel exemplaire relié à l’époque en maroquin rouge
aux armes de Marie Joséphine Louise de Savoie, comtesse de Provence.


 

Molière. Œuvres.
Paris, la Veuve David, 1770.

8 tomes en 8 volumes in-12, maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, armoiries frappées or au centre, dos lisses ornés de filets et fleurons dorés, pièces de titre et de tomaison en maroquin citron, filet or sur les coupes, roulette intérieure dorée, tranches dorées.
Reliure armoriée de l’époque.

139 x 82 mm.

« Le chef-d’œuvre de Boucher comme illustration ; c’est l’un des plus beaux livres de la première partie du XVIIIe siècle » (Cohen).

Elle est ornée de 32 figures et 1 portrait gravés par Legrand d’après les dessins de Boucher.

Lacroix, 343 ; Jacob, p.78 ; Cohen, 716.

L’avertissement nous informe que « cette édition sera différente de celle de 1739 par les estampes dont les libraires l’ont enrichie et dont ils ont augmenté le nombre et en mettant au-devant des prologues de la Princesse d’Elide, d’Amphitrion & de Psiché ; ce qu’on n’avait point fait dans les éditions précédentes. Ils ont encore ajouté de nouveaux ornements aux frontispices et n’ont rien épargné de ce qui pouvait contribuer à la beauté de cette édition. Quoique les estampes soient les mêmes que celles qui ont paru en 1734, on s’est servi de l’édition de 1730 annoncée comme la plus parfaite de celles qui avaient paru jusqu’alors et on s’en est servi sans laisser les fautes… Pour rendre cette édition plus exacte, on a consulté les comédies imprimées du vivant de l’auteur… ».

« Boucher était doué d’une facilité surprenante et à peine âgé de vingt ans remportait le grand prix de l’Académie de peinture. Sa principale œuvre est la série qu’il fit pour Molière, illustration magistrale qui est peut-être ce qui a été fait de mieux comme expression et comme costumes, pour les Œuvres de notre grand écrivain dramatique. Ce sont vraiment les dessins d’un peintre. Exécutés avec une grande liberté d’allures, ils semblent être l’exacte interprétation de la pensée du grand poète comique. Ceux de l’École des femmes et des Précieuses sont tout particulièrement réussis et ont « le fin sourire d’une figure et d’une physionomie de femme du temps ». Les feuilles de papier où Boucher semait ses études sortirent des cartons des amateurs pour parer les appartements ; les femmes en voulurent. Un tel artiste était fait pour être apprécié et compris d’une femme comme Mme de Pompadour. Ils étaient nés pour se compléter et le souvenir de la favorite évoque aussitôt celui de son peintre favori. Dès qu’elle fut au pouvoir, elle se l’attacha. Quand il prit fantaisie à la favorite de dessiner et de graver, Boucher devint son professeur.
Madame de Pompadour aimait les livres et comprenait combien des dessins, et surtout des dessins de maître, insérés entre les feuilles en rehaussent la valeur et l’intérêt »
(R. Portalis, Les Dessinateurs d’illustrations au XVIIIe siècle, I, pp. 27-41.)

« Louis Legrand est un fort bon graveur » (R. Portalis et H. Beraldi, Les graveurs du XVIIIe siècle, II, p.609).

Précieux et très bel exemplaire relié à l’époque en maroquin rouge aux armes de Marie-Joséphine-Louise de Savoie, comtesse de Provence.

« Animée d’un esprit très libéral, Louise de Savoie eut son heure de faveur populaire, en défendant au début de la Révolution ce qu’elle-même appelait alors les « droits de la nation, et le bruit des explications assez vives qu’elle eut avec la reine Marie-Antoinette lui valut plus d’une fois les applaudissements de la foule. La comtesse de Provence eut le goût des Lettres et des Arts. Sa bibliothèque avait été composée avec beaucoup d’intelligence » (E. Quentin Bauchart, II, pp. 309-330).

Rencontrer les Œuvres du grand Molière reliées en maroquin de l’époque est rarissime ; les rencontrer conservées dans leur maroquin d’époque relié aux armes de Marie Joséphine Louise de Savoie, comtesse de Provence, est une prouesse bibliophilique.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Œuvres”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie