Marguerite de Navarre
9 900 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Marguerite de Navarre
Contes et Nouvelles,
1700.

9, 900 

Catégories : ,

Description

« Il y a lieu de tenir l’Heptaméron pour un des témoins majeurs
de la conscience 
et de la littérature du siècle »
(Dictionnaire des lettres françaises).

Précieux exemplaire cité et décrit par Brunet
provenant de la bibliothèque Randon de Boisset (de Bure, 1777),
revêtu de reliures de l’époque de Padeloup
en maroquin à compartiment.
 


 

Navarre, Marguerite de. Contes et Nouvelles de Marguerite de Valois, Reine de Navarre ; Mis en beau langage accommodé au goût de ce temps, et enrichis de figures en taille-douce.
Amsterdam, Georges Gallet, 1700.

2 volumes in-8 de : I/ (15) ff., 374 pp., (3) ff., 1 frontispice et 32 figures ; II/ 318 pp., (4) ff., 40 figures.
Maroquin olive, triple filet doré encadrant les plats, fleurons d’angle, décor hexagonal au centre avec  feuilles dorées encerclant un médaillon mosaïqué bordeaux avec carquois et flèches dorés, médaillons coquillage à froid mosaïqués brun, dos à nerfs richement orné au pointillé, pièce de titre en maroquin rouge, coupes ornées, roulette intérieure dorée, tranches dorées sur marbrure, rousseurs éparses.
Reliure de l’époque attribuée à Padeloup.

153 x 93 mm.

Édition ornée d’un frontispice de Jan van Vianen gravé par J. Goere et de 72 belles figures dans le texte attribuées à Romeyn de Hooghe, reproduisant celles de l’édition de 1698.

Tchemerzine, IV, 383 ; Brunet, III, 1417 ; Rosenthal, 6401 ; Graesse, Trésor de livres rares et précieux, IV, 392 ; Catalogue du duc de La Vallière, I, volume 2, 3947.

« « C’est un gentil livre pour son estoffe » disait déjà Montaigne et, comme les Essais, l’Heptaméron est devenu un ouvrage classique qui figurait dans toutes les bibliothèques de nos pères.
Il n’est pas moins recherché de nos jours…
Ces nouvelles, la reine nous affirme dans son prologue qu’elles sont toutes véritables. Marguerite trouve la plupart du temps son inspiration dans des scènes auxquelles elle a participé comme témoin.
A ce titre, l’Heptaméron constitue un tableau fidèle de la vie de la société policée en France à la fin du XVe siècle et jusqu’au milieu du XVIe siècle. Car Marguerite peint surtout les mœurs de ceux qui l’entourent.
L’Heptaméron avec ses contes tristes ou gais et ses dialogues si animés est une longue variation sur l’amour et sur les multiples aspects qui marquent les rapports entre les hommes et les femmes » (M. François, L’Heptaméron).

La Reine de Navarre (1492-1549) aimait le rire et les propos joyeux. Rabelais n’hésitait pas à lui recommander la lecture de Pantagruel comme un divertissement à ses pensées « extatiques » : elle le lisait et le citait.

« Marguerite de Navarre occupe dans l’histoire des lettres une place de choix par la protection éclairée qu’elle a très libéralement accordée, non sans risques, parfois, à des poètes, des écrivains, des théologiens, des humanistes de son temps. On ne compte pas les hommages qu’elle reçut de son vivant et qui attestent son rayonnement. » (J. Brosse, Dictionnaire des Auteurs).

A vrai dire, elle n’a emprunté aucun sujet de récit à Boccace ; mais elle lui doit l’idée de mettre en scène les « devisants », c’est-à-dire des personnages qui sont sensés raconter ses nouvelles, et c’est sans doute aussi au désir d’imiter Boccace qu’il faut rapporter la diversité de ton des contes qu’elle a recueillis.

C’était, en quelque mesure, une innovation en France. Avant elle, chez nos conteurs du terroir, les facéties, les quiproquos joyeux, les balourdises naïves, les propos égrillards sont à peu près toute la matière des contes et nouvelles. Le plus souvent l’amour n’y est guère que grivoiserie. Il a bien d’autres aspects dans les Contes et Nouvelles.

La Fontaine s’inspirera de l’œuvre de Marguerite de Navarre et le revendiquera dans son conte intitulé La servante justifiée.

L’Heptaméron devait connaître le plus vif succès. Les éditions se succèdent pendant tout le XVIe siècle ; il en sera de même au XVIIe et XVIIIe siècles.

Précieux exemplaire cité et décrit par Brunet provenant de la bibliothèque Randon de Boisset (de Bure, 1777), revêtu de reliures de l’époque de Padeloup en maroquin à compartiment, orné sur les plats d’un décor tout à fait exceptionnel ; la pièce centrale de maroquin rouge « arcs et carquois » fut ajoutée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Brunet et Duclos, dans son Dictionnaire des livres rares, citent un « superbe exemplaire en maroquin vert à compartiment vendu 66 livres chez M. Randon de Boisset en 1777 ». (R. Duclos, Dictionnaire des livres rares, III, 141).

Provenance : Bibliothèque du comte Carlo Caprara de Bologne, avec son ex-libris manuscrit sur une garde.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Contes et Nouvelles”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie