PeronPeronPeronPeron
35 000 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Péron, François
Voyage de découvertes aux Terres Australes,
1816.

35, 000 

Description

Exemplaire unique de cette importante édition originale
donnant la première carte détaillée de l’Australie.

D’un tirage unique sur très grand papier vélin
(l’exemplaire mesure 50 mm de plus que l’exemplaire royal aux armes du Duc d’Angoulême),
état inconnu de l’ensemble des bibliographes,
il fut somptueusement relié en maroquin d’époque
orné de l’emblème impérial à l’aigle déployé
ceint d’une couronne de laurier, au commencement du règne du roi Louis XVIII,
fait bibliophilique et historique tout à fait exceptionnel.


 

Péron, François et Louis-Henri de Saulces, Baron de Freycinet. Voyage de découvertes aux terres australes exécuté par ordre de Sa Majesté l’Empereur et Roi… des Sociétés philomatique et médicale de la même ville.
Péron. Voyage de découvertes Aux Terres Australes… Atlas par MM. Lesueur et Petit.
Paris, de l’Imprimerie impériale, 1807. Imprimerie royale, 1816.

2 volumes in-4 de : I/(2) ff., XV et 496 pp., (1) f., II/XXXI et 471 pp., 1 portrait et 2 tableaux dépliants hors texte. (341 x 252 mm).
In-folio de (1) f., IV pp. et 40 planches gravées. (517 x 337 mm).

Soit 3 volumes, plein maroquin rouge à long grain, large dentelle dorée encadrant les plats, aigle impérial ceint d’une couronne de laurier au centre, dos lisse orné, doublure et gardes de tabis bleu, dentelle intérieure, tranches dorées, qq. piqûres. Reliure de l’époque ornée de l’aigle impérial.

Exemplaire unique de cette célèbre édition originale somptueusement relié en maroquin de l’époque orné de l’emblème impérial : aigle frappé or au centre de chacun des plats ceint de la couronne de laurier.
Nissen, ZB, 3120 ; Sabin, 60 998.

Imprimé sur très grand papier vélin (hauteur des volumes de texte 340 mm ; Atlas 517 mm), état inconnu de l’ensemble des bibliographes : Brunet, Sabin, Chadenat, Nissen etc…

Cet exemplaire impérial unique mesure 50 mm de plus que le remarquable exemplaire royal aux armes du Duc d’Angoulême.

La qualité du papier est d’un luxe inusité dans l’histoire du livre imprimé.

Cette édition originale relate l’expédition marquant l’apogée des grands voyages du XVIIIe siècle, donnant la première carte détaillée de toute l’Australie.

« Le voyage de Péron est un des plus intéressants qui aient été faits aux Terres Australes. Au point de vue des découvertes géographiques et de l’Histoire naturelle, cet ouvrage est aussi important que celui de Flinders » (Chadenat, 148).

« Ouvrage intéressant, et dont les planches sont parfaitement exécutées. La partie de la relation de ce voyage qui renferme la navigation et la géographie a été publiée par L. de Freycinet. » (Brunet, IV. 603)

Exemplaire conforme à la collation donnée par Nissen (n° 3120) bien complet des deux volumes de texte et du premier Atlas avec le titre et les planches numérotées de 2 à 41 ; sans la deuxième partie de l’Atlas rédigée par Freycinet en 1811, ornée de 14 cartes. Mais fut-elle jamais imprimée pour cet exemplaire impérial unique sur très grand papier vélin !

L’expédition dura plus de trois ans, du 19 octobre 1800 au 25 mars 1804. L’objectif était les côtes de la nouvelle hollande, jusque-là presque inconnues. Vingt-deux des plus brillants savants de l’époque y participèrent et près de 2 500 espèces nouvelles collectées vinrent enrichir les fonds du muséum.

Belle illustration comprenant un portrait de Péron gravé par Lambert d’après le dessin de Lesueur exécuté

« 15 jours avant la mort de son ami », deux tableaux dépliants et un superbe atlas renfermant 40 planches, cartes et plans gravés en taille-douce, dont deux titres gravés et 1 carte dépliantes par Choubard, Cloquet, Dien, Fortier, Houlk, Née, Pillement, Roger… d’après les dessins de Lesueur et Petit.

23 planches ont été coloriées par les éditeurs au pinceau.

Dès 1800, le Premier Consul donna l’ordre de préparer une expédition scientifique de reconnaissance des terres australes, et en particulier de la côte sud de l’Australie, que les savants chargés de la mission sous l’ordre du capitaine Nicolas Baudin, appelèrent « Terre Napoléon ».

Outre les nombreuses avancées scientifiques que cette expédition apporta, une riche moisson de plus de deux mille cinq cents espèces nouvelles vint enrichir les collections du Muséum, en dehors des plus de cent mille échantillons d’animaux, d’espèces grandes et petites (Cuvier), faisant de cette entreprise maritime l’une des plus extraordinaires de tous les temps.

Freycinet, commandant du Casuarina, rédigea les travaux astronomiques, nautiques et géographiques du voyage, publiés Paris en 1815, dans un volume in-4 et un atlas in-folio avec 32 cartes, non jointes à cet exemplaire unique.

Ci-joint le détail de cet important voyage :

« Péron s’embarqua au Havre le 19 octobre 1800 sur le Géographe. Aussitôt il se lie avec Henri et Louis Freycinet, officiers de marine, Leschenault, botaniste, Bernier, astronome, Depuch, minéralogiste. Après une relâche aux Canaries et à l’île de France, l’expédition atteint les côtes occidentales de la Nouvelle-Hollande, explore les terres de Leuwin, d’Endracht, de Witt, et enfin aborde à l’île de Timor le 18 avril 1801.

On parvient, le 13 janvier 1802, au cap sud de la terre de Diémen, dont on explore pendant trois mois la partie sud et la côte orientale. Péron étudie dans de fréquentes visites les peuplades de cette île éteintes aujourd’hui, et dont on retrouve les analogues à la Nouvelle‑Calédonie. Le 29 mars 1802, le navire franchit le détroit de Banks, et on commence une première reconnaissance de la terre Napoléon, sur la côte sud-ouest de l’Australie. Après avoir reconnu une très-grande île  et après une tentative infructueuse pour regagner la pointe sud de la Tasmanie, et lorsqu’il ne restait plus que quatre hommes valides et un seul officier, l’expédition aborde à Port-Jackson le 20 juin 1802. Péron assiste aux premiers développements de la colonie anglaise, et en prévoit dans un de ses plus remarquables mémoires la prospérité future.

Ensuite fut visité le petit archipel des îles Hunter, dont les deux principales sont séparées par un détroit de peu de largeur qui a reçu le nom de canal de Péron. Après une nouvelle relâche à l’île Decrès, le mois de janvier 1803 fut consacré à l’examen des golfes de la terre Napoléon, à la découverte des îles Joséphine et du « Géographe »; puis, après un séjour au port du Roi-George, dans les premiers jours de mars 1803, on reprit l’exploration de la terre de Leuwin. Dans une nouvelle descente à la « presqu’île de Péron », le naturaliste dont l’histoire nous occupe courut les plus grands dangers. Il échappe avec peine, lui et deux de ses compagnons, à la fureur des naturels, et ils ne sont recueillis par la chaloupe du navire qu’au bout de deux jours d’insomnie et de privation de tout aliment ; ensuite, de la terre de Witt qu’elle a visitée, l’expédition retourne à Timor et y demeure pendant tout le mois de mai 1803. Des vents furieux s’étant opposés à ce qu’on pût aborder à la Nouvelle-Guinée et entrer dans le golfe de Carpentarie, on revint à l’île de France où l’on resta cinq mois. On fit encore une relâche d’un mois au Cap. C’est là que, par suite des fatigues d’études excessives, et aussi par suite de quelques écarts de régime, Péron contracta le germe de la maladie de poitrine qui devait amener sa fin prématurée. Le navire débarqua enfin à Lorient le 25 mars 1804, rapportant, outre une immense collection, une centaine d’animaux vivants qui jamais n’avaient encore été amenés en Europe. Péron fut chargé par le ministre de la marine Decrès de publier, conjointement avec Freycinet, la relation du voyage et la description de la collection zoologique. »

Magnifique et unique exemplaire, imprimé sur un papier vélin immense de marges et de grand luxe, état demeuré inconnu de l’ensemble des bibliographes, relié à l’époque en somptueux maroquin rouge orné de l’emblème impérial, fait bibliophilique et historique exceptionnel sous le nouveau règne de Louis XVIII.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Voyage de découvertes aux Terres Australes”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie