3 800 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Pouchkine, Alexandre
La Fille du Capitaine,
1853.

3, 800 

Catégorie :

Description

Rare édition originale française
de « La fille du capitaine » d’Alexandre Pouchkine.

Séduisant exemplaire, très pur,
conservé dans sa reliure de l’époque.


 

Pouchkine, Alexandre. La fille du capitaine.
Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1853.
Suivi de :
Murray, Thomas Bayle. Pitcairn nouvelle ile fortunée dans l’océan Pacifique.
Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1853.
Suivi de :
Sarrasin, Jean-François. Conspiration de Walstein épisode de la Guerre de Trente ans par un sarrasin avec un appendice extrait des Mémoires de Richelieu.
Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1853.

Ensemble 3 ouvrages en 1 volume in-12 de (2) ff., (2) pp., 180 pp., (1) p., (2) ff., (2) pp., 62 pp., (1) p., VII et 66 pp., (1) p.
Demi-veau vert, dos lisse orné de filets dorés, titre doré, tranches jaspées. Reliure de l’époque.

164 x 105 mm.

Rare édition originale française de « La fille du capitaine » d’Alexandre Pouchkine.

La littérature russe se fait connaître en France dans la première moitié du XIXe siècle par ses poètes. « L’Hymne à Dieu » de Gavril Derjavine acquit une grande célébrité en Europe et connut trois traductions françaises entre 1811 et 1822.

Une nouvelle période s’ouvre avec la traduction par Louis Viardot des « Nouvelles » de Gogol, en 1845.

La traduction de « La Fille du capitaine » de Pouchkine en 1853 par Viardot connait un succès extraordinaire. Viardot-Tourgueniev et Mérimée sont dans ces années les principales figures de la traduction des auteurs russes.

Roman historique d’Alexandre Pouchkine (1799-1837) « La Fille du capitaine » avait pris forme à l’occasion des travaux entrepris par le poète aux archives de l’Etat à Saint-Pétersbourg.

Pouchkine préparait une « Histoire de la révolte de Pougatchev », œuvre demeurée inachevée.

C’est le règne de l’impératrice Catherine II qui fournit le cadre historique du récit. Les aventures du jeune officier Grinev et de son domestique Savéllitch constituent l’aimable prétexte qui permet à Pouchkine de dérouler devant nous les splendeurs de sa prose concise et fastueuse.

Nous assistons au départ du lieutenant et de son fidèle compagnon de la maison paternelle pour la forteresse lointaine de Bélogorsk où Grinev doit faire son service. Puis, c’est la rencontre avec Maria Mironova, la fille du commandant de la forteresse ; le duel avec un rival, le siège et l’occupation de la forteresse par le rebelle Pougatchev. C’est ensuite l’arrestation de Grinev, accusé de haute trahison pour avoir eu, involontairement, contact avec les rebelles et, enfin, la grâce impériale obtenue en sa faveur par Maria. Dans le cadre d’une lointaine province russe au XVIIIe siècle, l’action est évoquée par Grinev lui-même, ce qui donne au roman le caractère d’une chronique familiale.

« La trame est tissée de main de maître avec des éclairs d’une si puissante vitalité que le problème de la concordance avec la réalité historique ne se pose point, les figures de Catherine II et de Pougatchev étant désormais entrées dans la réalité magique que tout génie confère à son œuvre. Le succès du roman fut grand. Son influence fut certaine sur toutes les chroniques familiales écrites sous forme de roman » (Dictionnaire des Œuvres).

« Selon l’expression consacrée, Alexandre Pouchkine aurait été le « père fondateur » de la langue et de la littérature russes modernes. Il est sans doute l’écrivain qui a le plus contribué à la création du nouvel idiome littéraire, synthèse entre la langue parlée et la langue écrite » (Jean-Paul Polet).

« Poète lyrique et épique, dramaturge, romancier en vers et en prose, historien, critique, Alexandre Pouchkine (1799-1837) est non seulement le plus grand des écrivains russes mais l’incarnation même du génie national. De son vivant, il a eu une influence déterminante sur ses contemporains : il a été l’étincelle qui a suscité une pléiade de poètes et d’écrivains. L’homme et la nature sont représentés chez lui dans toute leur étendue » (Nikita Struve, Dictionnaire des auteurs).

Séduisant exemplaire, très pur, conservé dans sa reliure de l’époque.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La Fille du Capitaine”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie