9 500 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Sévigné, Madame de
Recueil des lettres de Madame la marquise de Sévigné,
1738.

9, 500 

Catégories : ,

Description

Le recueil réunissant trois éditions originales
des Lettres de Madame de Sévigné.

Il contient 823 lettres, dont 209 non encore parues.

Précieux exemplaire
conservé dans sa reliure en maroquin bleu nuit de l’époque
aux armes de Jean de Boullongne (1690-1769).


 

Sévigné, Marie de Rabutin Chantal, marquise de. Recueil des lettres de Madame la marquise de Sévigné, à Madame la comtesse de Grignan, sa fille.
Paris, Rollin, 1738.
6 volumes in-12.

Recueil de lettres choisies, pour servir de suite Aux Lettres de Madame de Sévigné à Madame de Grignan, sa Fille. Paris, Rollin, 1751.
In-12 de (10) ff., 499 pp., (2) ff.

Lettres nouvelles de Madame la marquise de Sévigné à Madame la comtesse de Grignan, sa fille : Extraites de l’Edition de 1754… en six volumes. Paris, De Saint & Saillant, 1754.
2 volumes in-12.

Ensemble 9 volumes in-12. Plein maroquin bleu nuit, triple filet doré encadrant les plats, armoiries frappées or au centre, dos à nerfs ornés aux petits fers à la fleur de lys et au cœur, pièces de titre et de tomaison en maroquin rouge, coupes ornées, roulette intérieure dorée, tranches dorées sur marbrures. Reliure de l’époque.

162 x 93 mm.

Précieux recueil réunissant trois éditions originales des lettres de Madame de Sévigné.

Il contient 823 lettres dont 209 en édition originale.

Tchemerzine, V, 824, 825 et 826-827 ; Brunet, V, 325 ; Quérard, IX, 102 ; Rahir, Bibliothèque de l’amateur, 639 d.

Le tome VII est ainsi formé du recueil publié en 1751 par le chevalier Perrin, qui renferme en édition originale, 25 lettres de Mme de Sévigné à Coulanges, Mme de Coulanges, Mme de La Fayette, Duc de Chaulnes, Ch. De Sévigné et 98 lettres de Mme de Grignan, de Coulanges et de sa femme, de Madame de la Fayette (14 lettres), de Retz et de La Rochefoucauld.

Les tomes VIII et IX sont formés, quant à eux, du recueil des Lettres Nouvelles en édition originale, supplément donnant 86 lettres non encore parues.

« L’édition de Paris, Rollin, 1738 est différente de celle de 1734-37.

Le Recueil de lettres choisies est en édition originale. Il renferme 25 lettres de Mme de Sévigné à Coulanges, Mme de Coulanges, Mme de La Fayette, Duc de Chaulnes, Ch. De Sévigné et 98 lettres de Mme de Grignan, de Coulanges et de sa femme, de Madame de la Fayette (14 lettres), de Retz et de La Rochefoucauld.

Le supplément en 2 volumes in-12 des Lettres nouvelles, Paris, Desaint & Saillant, 1754, contient 86 lettres. » (Tchemerzine).

Journal quotidien d’une époque, les lettres de Madame de Sévigné ont été écrites pour la plupart entre 1671 et 1696.

Elles restent dans les mémoires comme la plus vivante des chroniques du règne de Louis XIV.

« L’amour maternel est le fond de la correspondance privée entre la mère et la fille. Ces lettres de Mme de Sévigné à sa fille seraient vraisemblablement restées enfouies dans les coffres où la destinataire les avait affectueusement conservées si elle n’avait été cousine de Bussy-Rabutin. Exilé en 1665 pour sa célèbre Histoire amoureuse des Gaules, il s’était occupé à raconter sa vie et à écrire des lettres. En 1697, les Lettres de Bussy parurent en 4 volumes, dont 2 contenaient à part sa correspondance avec sa cousine : 247 lettres à peu près également partagées. Le succès de celui qui paraissait alors seul capable de supplanter Balzac et Voiture attira l’œil des gens de goût sur le talent de la marquise. Le fils aîné de Bussy finit par demander à Mme de Simiane, petite-fille de Mme de Sévigné de lui envoyer la correspondance qu’elle venait d’hériter de ses parents. Le mouvement était lancé qui allait aboutir aux éditions de 1725, 1726, 1734-1754 et faire de la marquise le modèle des épistoliers » (En français dans le texte).

Madame de Sévigné adorait sa fille. Celle-ci épousant un lieutenant de Provence, la séparation fut brutale et terrible pour Mme de Sévigné et c’est alors que s’établit  une correspondance régulière et animée entre Mme de Sévigné et sa fille.

« On trouve parfois, mais rarement des exemplaires de ces diverses éditions reliés en maroquin » (Rahir).

Précieux exemplaire conservé dans sa reliure uniforme en maroquin bleu nuit de l’époque aux armes de Jean de Boullongne (1690-1769).

Fils de Louis, le célèbre premier peintre du roi, Jean Boullongne fut premier commis des finances en 1724, intendant des finances en 1744, contrôleur général des finances de 1757 à 1759 et commandeur et grand trésorier des ordres du roi en 1758. (O. Hermal, pl. 24).

Provenance : Bibliothèques Jean de Boullongne (armoiries).

 

9 500 €

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Recueil des lettres de Madame la marquise de Sévigné”

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie