9 500 Autres devises

CONVERSION DU PRIX DE L’OUVRAGE

(taux de change mis à jour quotidiennement)

fermer

Suetone - Beroalde
Vitae Caesarum,
1493.

9, 500 

Catégorie :

Description

Edition incunable princeps de la Vitae Caesarum de Suetone (70-122) avec les commentaires de Philippus Beroaldus (1453-1505).

Précieux exemplaire Chandon de Briailles avec les majuscules réhaussées et les deux capitales du feuillet II enluminées.

Bologne, 5 avril 1493.

 ___________________________

SuetoneBeroaldus Philippus. Vitae Caesarum, cum commentario Phil. Beroaldi.
Impressit Benedictus Hectoris… Bononiae.. 1493, nonis aprilibus.

In-folio de (6) ff., 326 ff. chiffrés, (1) f. pour le registre.

Veau brun, décor et filets à froid sur les plats, dos à nerfs, caissons ornés de fleurons à froid, tranches peintes. Reliure du XIXè siècle.

276 x 195 mm.

Edition princeps avec le commentaire de l’humaniste Beroaldus et le premier livre imprimé par Benedictus Hectoris.

HC*15125 ; BMC VI, 840 ; Goff S-825.

Imprimé avec des caractères romains et grecs, 2 initiales peintes sur fond or au f. Aii, capitales à l’encre rouge et bleue.

Ce commentaire a été réimprimé par Léonard Pachel, Mediol., 1494, quarto Id. Januar, in-folio. « Il nous reste de Suétone deux œuvres d’une extrême importance, des fragments de ses Hommes illustres, comprenant les vies de grammairiens et de rhéteurs au nombre desquels Térence, Horace, Lucain et Perse, et surtout sa Vie des douze Césars. Cette dernière œuvre suffirait à sa gloire.

Quel que soit le jugement qu’on puisse porter sur ce grand historien, il importe de rappeler qu’il a fait école. Vopiscus, le premier des écrivains de l’Histoire auguste le reconnaît pour modèle. Au Moyen Âge, Suétone fut lu et apprécié. Dès le IXe siècle, Eginhard imite assez servilement sa manière de procéder et même son style, dans sa Vie de Charlemagne. Les humanistes Érasme, Scaliger, Juste-Lipse le louent ; Montesquieu considère comme un chef d’œuvre son récit de la mort de Néron.

En fait, très peu d’historiens ont connu un succès aussi continu. » Jacques Brosse.

Filippo Beroaldo, parfois appelé « l’Ancien » pour le distinguer de son cousin Filippo Beroaldo le Jeune, et également connu sous le nom de Philip ou Philippus Beroaldus (7 novembre 1453 – 17 juillet 1505) était un humaniste italien actif en tant que professeur à l’Université de Bologne.

En 1475, il quitta Bologne et voyagea à Parme et à Paris, où il se lia d’amitié avec Robert Gaguin, mais en 1479, il était de retour à Bologne, où il resterait comme professeur jusqu’à sa mort en 1505.

Beroaldo était un enseignant très populaire. On a dit que jusqu’à 300 étudiants ont suivi ses cœurs et que 200 étudiants ont quitté l’université après sa mort.

Précieux incunable avec les deux capitales enluminées.

Informations complémentaires

Année

Auteur

Siècle

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie