Smith Adam. Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1790-1791.

Smith Adam. Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, 1790-1791.

« The first and greatest classic of modern economic thought. » (PMM).

 

« L’excellent ouvrage de M. Smith qui est à la science de l’économie publique, ce que l’Esprit des lois est à la science du gouvernement politique  et civil » (Rœderer, 1787, p. 26).

 

La Richesse des Nations d’Adam Smith, entièrement non rogné conservé dans ses rares brochures de l’époque.

 

 

 

Smith Adam. Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Traduites de l’Anglois de M. Smith, sur la quatrième édition, par M. Roucher ; et suivies d’un volume de Notes, par M. le Marquis de Condorcet, de l’Académie Françoise, et Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences.

Paris, Buisson, 1790-1791.

 

4 tomes en 4 volumes in-8 de : I/ (2) ff., XI, 570 pp. ; II/ (2) ff., 312 pp. ; III/ (2) ff., 602 pp.; IV/ (2) ff., 591 pp. Brochures de l’époque. Exemplaire entièrement non rogné conservé dans ses brochures de parution. Brochures de l’époque.

 

210 X 140 mm.

 

Première édition de la traduction du poète Roucher et troisième édition de langue française du plus grand classique de la pensée économique moderne.

Sabin, 82 308; Einaudi, 5338; Kress, 1986; Goldsmith, 14106; Ch. Coquelin, Dictionnaire de l’économie politique, II, pp. 622-628; Quérard, VIII, 170; PMM, 221.

 

En 1776, le terrain était prêt pour un accueil très favorable de la Richesse des nations. Smith était célèbre dans les milieux intellectuels et apprécié des réformateurs.

La publication de la Richesse de Nations en Grande Bretagne fut immédiatement signalée en France.

Des articles parurent en 1776 dans le Journal encyclopédique et en 1777 dans le Journal des savants.

Une première traduction française, par un anonyme, jugée mauvaise, fut imprimée en 1778 à La Haye. La traduction suivante, par l’abbé Blavet fut également jugée défectueuse.

 

Au moment de la réunion des États généraux, la traduction effectuée par Jean-Antoine Roucher parut. Condorcet, qui devait rédiger, à la suite du texte de Smith, un volume de notes l’appuya.

Célèbre poète lié aux réformateurs, Roucher avait été introduit dans le salon de Madame Helvétius par Turgot.

On loua l’application et le style du poète et on stigmatisa la traduction antérieure de Blavet.

Le 30 mars 1790, Le Spectateur national affirmait : « Nous avions déjà une traduction de Smith, mais elle était inexacte, obscure et incorrecte. Celle-ci a les deux premiers mérites d’un ouvrage de ce genre, précision et clarté. » (Carpenter, 2002, p. 93).

La Chronique de Paris nota, le 9 avril 1790, que « la traduction antérieure est informe, pleine d’anglicismes et d’erreurs et que celle de Roucher ne laisse rien à désirer du côté du style. » Le  Journal de Paris du 4 juin renchérit, tout comme  Le Moniteur du 24 août.

 

Par La Richesse des nations, Adam Smith se fit une réputation européenne.

Dans son chef-d’œuvre, il fonde la richesse sur le travail, recommande la division du travail ainsi que la liberté entière du commerce et de l’industrie. Il développe la théorie de la valeur. Esprit critique et vigoureux, il a été le premier à considérer l’économie comme une science indépendante, séparée de la morale, sans toutefois les opposer l’une à l’autre.

 

« Ce Traité de Smith est l’un des ouvrages les plus profonds et les plus utiles que ce siècle ait produits. » (Beuchot)

 

«The Wealth of Nations, coming at a point when « natural liberty » was being widely debated, had a decisive influence on the study of national economic and on the freeing of economic policy from the artificial restraint of the mercantilist system. Where the political aspects of human rights had taken two centuries to explore, Smith’s achievement was to bring the study of economic aspects to the same point in a single work. The certainty of The Wealth of Nations’s criticism and its grasp of human nature have made it the first and greatest classic of modern economic thought(PMM).

 

« Adam Smith. Ce nom est le plus grand de l’économie politique ; il a eu cette singulière fortune de marquer son empreinte d’une manière ineffaçable dans le monde intellectuel et dans celui des faits. L’ouvrage paru, Hume qui le félicita, ne fit que devancer le jugement de la postérité, qui a associé le nom de Smith à ceux de Grotius et de Montesquieu. Tout dans son ouvrage est traité avec le calme souverain d’une raison supérieure et un bon sens immuable, qui, poussé jusqu’à cette limite, est le génie même. Nul avant Smith n’avait montré avec plus de clairvoyance et de netteté les avantages de la liberté économique. » (Ch. Coquelin).

 

Précieux exemplaire du premier et du plus grand classique de la pensée économique moderne, entièrement non rogné, conservé dans ses brochures de l’époque.

6 000 €

CONTACT

ADRESSE 1 rue de l’Odéon, 75006 Paris
MOBILE +33 (0) 6 18 08 13 98
TEL +33 (0) 1 42 22 48 09
FAX +33 (0) 1 42 84 09 69
MAIL asourget@hotmail.com
   librairie@ameliesourget.net
 
Plan d’accès

HORAIRES

LUNDI 10h – 13h / 14h – 18h
MARDI 10h – 13h / 14h – 19h
MERCREDI 10h – 19h
JEUDI 10h – 19h
VENDREDI 10h – 13h / 14h – 19h
SAMEDI 10h – 13h / 14h – 18h
 
Visite virtuelle de notre librairie